Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Chroniques Pantoufles

Les Chroniques Pantoufles

Le blog d’Isi : les idées dictées du cerveau d’une brunette aux pensées blondes.

Publié le par Isa Gareau

Jouets Isi Photographie
Qui veut retourner en enfance ? Vous allez me dire qu’il suffit d’aller dans le rayon de jouets dans un magasin et le tour est joué. Non ! Ça ne suffit pas. Si vous avez des enfants, c’est encore mieux, vous pouvez jouer avec eux et si ce n’est pas le cas, pas de bol. Que faire ? Sortir sa vieille boîte de jouets chez ses parents et seulement s’ils l’ont gardée. Retrouvée cette fameuse boîte dans le garage, la cave ou le grenier. Aller chercher de beaux souvenirs trop loin enfouis pour ne pas s'en souvenir. Juste pour le plaisir de s’asseoir par terre et de jouer. Je suis contente de ne pas avoir perdu ce côté enfant en moi.

Jouets © Isi Photographie
C’est ainsi que j’ai eu l’idée d’aller à Toy Suisse, un salon où tous les jouets, les plus populaires, sont exposés. J’pouvais même jouer aux blocs Lego ou encore à la poupée Barbie (ou autre poupée). Tous les jouets traditionnels et électroniques étaient présents. Même que Monopoly fête, cette année, ses 75 ans ainsi que Play Doh, la célèbre pâte à modeler, fête également ses 50 ans.
La prochaine fois que je veux retomber, pour quelques heures, en enfance, je ressors mes jouets lorsque j’étais petite et je joue. Sinon, j’attendrai le prochain salon des jouets l’an prochain !


Et vous? Quel est le plus beau souvenir d'enfance? Si vous le reviviez là maintenant... Seul ou avec vos fraternels (seulement si vous en avez) ou avec vos enfants... Un voyage dans le temps et le pays de la fantaisie n'est jamais interdit... A vous de jouer!

Jouets © Isi Photographie

Jouets © Isi Photographie

Jouets © Isi Photographie
De jolies tire-lire!


Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Divers © Isi Photographie
Le Rivella est une boisson diététique sans alcool au sérum de lait et aromatisée avec des essences naturelles de fruits et d’herbes. Une saveur unique sachant éveiller les papilles gustatives. C’est un breuvage que l’on retrouve principalement en Suisse et que lorsqu’on le verse dans un verre, ça ressemble beaucoup à de la bière, mais sans le goût de la bière.
L’étymologie de Rivella renvoie au mot italien rivelazione signifiant révélation dont s’inspira Robert Barth lors de la création de la marque en 1951 et cette boisson a été mise en marché en 1952. En 1993, Rivella a été le premier breuvage suisse à avoir reçu le certificat ISO 9001.
Rivella encourage diverses compétitions sportives, festivals et événements à travers toute la Suisse. Pas étonnant que ce soit la boisson préférée des Suisses.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
En ce dimanche soir froid et gris dautomne, je peux dire que jai passé une belle après-midi dehors. A Neuchâtel, cette fois-ci pas aux vendanges en plein centre-ville, à la place de la gare pour les 150 ans de lArc Jurassien.


Divers © Isi Photographie

Plusieurs activités étaient présentées durant cette fin de semaine du 25 et 26 septembre 2010. Jai regardé et écouter un atelier sur le Beat-Box étant proposé principalement aux enfants. Les très grands enfants étaient aussi les bienvenus. Jai même découvert deux rappeurs Chocolococolo (sur la scène à droite) et Knakeboul (sur la scène à gauche). Ces deux artistes suisses savent sadapter à leur public et ont un grand talent dimprovisation.
Je dis merci à cet événement de mavoir fait découvrir ces deux artistes, même si ce nétait quun atelier/spectacle pour les enfants.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Les nuages gris de pluies à l’infini en ce samedi. Une journée où a osé se pointé, le soleil, lorsque je fus rentrée chez moi. Os de pluie de oustiti. C'était une agréable journée malgré tout.


Vendanges © Isi Photographie
Pour une première découverte, à Neuchâtel, de la fête des Vendanges qui a lieu à tous les ans à la dernière fin de semaine de septembre, c’était bien. Non pas plus. Je dois dire que je m’attendais à autre chose, mais vu que je n’avais ni programme de la fête, ni but, c’était bien. J’ai eu d’agréable surprise, ce ne fût que bien. Je souhaite y retourner l’année prochaine et j’y serai mieux préparée et aurait, du moins je l’espère, un programme de la fin de semaine.
J’ai fait les tours dans les rues de Neuchâtel et beaucoup de stands étaient représentés par des entreprises de la région et la déception était que je n’ai pas trouvé un seul stand où un vignoble présente son vin. A moins que je me promenais au mauvais endroit. 
Vendanges © Isi Photographie
Même la Miss Neuchâtel Fête des Vendanges, Raïssa, était présente. Elle et ses dauphines, Gjeneta et Houda, se sont promenées à travers les rues de Neuchâtel. Les Miss ont même participé au cortège des enfants cet après-midi. Je les avais aperçues quelques heures avant sous une tente où les festivités allaient de leur plein gré. Une petite pose les filles...
Vendanges © Isi Photographie
Une redécouverte d’une brasserie m’a bien fait plaisir. Les Brasseurs avaient une tente devant leur brasserie et présentait leur cuvée de bière 2010. J’y ai goûtée et elle était délicieuse. Si vous êtes, un jour, allez faire un tour dans cette brasserie et elle offre aussi quelque mets dont les célèbres Flamenküchen.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Cette phrase est juste parfaite pour la situation du moment où je me suis assise quelques minutes le temps que la radio diffuse Relax (Take It Easy) de Mika sur Couleur 3.
C’est bien que la pleine lune passe par là, juste parfait, puisque les fillettes se crêpent le chignon chacune leur tour et l’une après l’autre vient me dire : « Babel, M a fait ci ou Babel, L a fait ça… » Et ce cinq minutes durant. Testant mes nerfs, une fois de plus, tout cela a commencé à table, elles se titillent jusqu’à demander la permission de descendre de table après le dessert. Déjà ce matin pendant que M était à l’école, L pleurnichant puisque j’ai éteint la télévision au moment de la fin d’un dessin animé habituel du matin puisqu’elle n’a tout simplement pas envie que j’éteigne. Alors pleurniche ma chère L, me dis-je. Cette petite négociatrice en herbe tente toujours sa chance pour savoir jusqu’où elle peut aller et elle n’obtient pas toujours ce qu’elle veut. En tout cas pas avec moi, Babel (super surnom dont j’ai hérité de L puisqu’elle ne pouvait pas bien dire Isabel lorsqu’elle a commencé à parler, je crains que ça va me rester longtemps… et ce pour le mieux).
Avant de repartir pour l’école cet après-midi, M me demande si elle peut se changer et je lui accorde. Lorsqu’elle descend, elle a une camisole à mince bretelle et un pantalon ¾. Je lui ai dit d’aller mettre un T-shirt parce qu’il ne faisait pas assez chaud pour une camisole, mais qu’un T-shirt ça allait (excuse bidon mais c’est vrai…) Elle tente de discuter, mais je lui ai répliqué : « pas de discussion ! » et M remonte fâchée. Elle redescend en ayant obéi. Et hop à l’école !

Divers © Isi Photographie

Maintenant au tour de mettre L à la sieste. J’arrive en haut des escaliers et j’aperçois deux sacs de couchage que je plis et laisse par terre et mets près du mur puisque les fillettes voudront jouer de nouveau avec. Arrivant dans la chambre de L pour la mettre au dodo, SURPRISE : des poils de cheval ont été coupés et éparpillés par terre un peu partout. Fallait pas que je rigole… Un peu de sérieux… et j’ai pris ma voix autoritaire et ai fait sortir L de sa cachette (rituel que L et moi avons pris avant que L aille à la sieste l’après-midi). Elle est sortie de sa cachette et je lui ai demandé pourquoi elle avait coupé les poils du cheval noir ? L me répond avec une moue : « Parce que j’en avais envie. » J’dois avouer que je m’attendais à une autre réponse hyper fantaisiste, mais non… J’lui ai bien fait comprendre qu’il ne faut pas les couper et que les poils n’allaient pas repousser comme sur un vrai cheval. J’lui ai fait chercher le petit balai et ai balayé ce que je pouvais. J’ai couché L et lui ai souhaité, tout de même, un beau dodo.
En sortant de la chambre, après avoir fermé la porte de chambre, j’ai eu un sourire et ai pensé « qui est-ce qui n’a pas coupé les cheveux ou poils d’une poupée, d’une « Barbie » (ce qu’on ne pouvait faire à Ken) ou d’une quelconque peluche poilue ? En tout cas, c’est plus facile à nettoyer que la fois où L était dans le bain et qu’elle a étendu tout la shampoing dans le bain et n’avait gardé que le chandail à manche longue.
Pour les mots de la fin : comme dirait une certaine N, qui l’a écrit sur son statut facebook il y a quelques jours : « La vie est comme un bouquin.: Plus on avance, plus on comprend ce qui se passe. » Merci N pour cette phrase et L me racontera ses histoires en commençant par : « Quand j’étais grande… » Et ce à l'âge de trois ans! Tout ça pour dire que la vie est bien un drôle de bouquin où l'on ne s'attend pas à la fin...

Relax (Take It Easy) !

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Ne sachant que faire en ce mercredi après-midi, jai fait une tarte aux pommes (certains appelleront ça un gâteau, mais jen reste à la tarte).
Alimentation © Isi Photographie
Juste avant de mettre avant la préparation de lait et de deux oeufs.
Alimentation © Isi Photographie
Avec la préparation de lait et de deux oeufs.
Alimentation © Isi Photographie
Puis le résultat final. Il est succulant et presque aussi bon que celui de ma grand-mère.

Je souhaite à vos yeux un bon appétit.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Pour ce premier jour d’automne bien ensoleillé et pour faire suite à mardi dernier, j’ai (enfin !) eu mes spaghettis, au boulot, pour dîner. Miam ! Miam !
Alimentation © Isi Photographie
Des spaghettis accompagnés d’une sauce tomates aux champignons de Paris. Une poussière de fromage « Grana Padano » (fromage italien à pâte extra-dure) râpé vient s’y ajouter.
Tout en cuisinant, j’me souviens que mon patron m’a dit ce matin au sujet du lave-vaisselle… brisé ! Très chic tout ça, après près de trois semaines sans frigo, le lave-vaisselle lâche. J’vais devoir faire la vaisselle manuellement. Ça me rappelle de beaux souvenirs des étés passés chez mes grands-parents à la Gürle à Gampelen. Il n’y avait pas de lave-vaisselle et que ma sœur et moi devions la laver et l’essuyer. Cette époque me manque et me rend nostalgique. Reviens à tes moutons Isi (désolée, ça m’arrive de me parler toute seule) ! C’est vraiment à se demander : quel est le prochain appareil aménagé qui sera défectueux ? Le lave-linge (plus communément appelé « laveuse ») ? Le sèche-linge (plus communément appelé « sécheuse ») ? J’espère pas… à suivre… Tout cela pour dire que je vais faire la vaisselle manuellement, minimum, une semaine…
Ce n’est pas grave, pour aujourd’hui, puisque c’est le premier jour de l’automne et que j’ai eu mon mardi midi spaghetti !

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
La nuit du 23 août au 24 août 2010,
Lors d’une belle soirée d’été d’août, les oiseaux dorment et les moustiques piquent. Aucune mouche ne vole et seul le son des grillons donne le rythme de la nuit. Une soirée où j’ai la fenêtre ouverte et suis allongée sur mon lit. Bien emmitouflée dans la couverture, j’écoute la symphonie de la nuit.
Doucement, une pluie dans la nuit s’annonce. Elle rafraîchit cet air lourd et humidifie la terre de ses gouttes d’eau pour s’arrêter quelques minutes plus tard. Une pause s’impose pour les nuages. Ils reprennent deux minutes plus tard avec des gouttes intenses. Une voix humaine vient gâcher la mélodie de la pluie : celle de Mrs de Fouines. Un coup de tonnerre manifeste son mécontentement. Mrs et Mr de Fouines montent sur leur trône (terrasse) et s’entretiennent, comme à leur précieuse habitude, à partir de 23 heures et ce pour, minimum, une demie heure. Étant apaisée par la mélodie de la pluie et presque endormie, revenant à la réalité de mes chers voisins et j’avais presque oublié leur présence. Je ne pus m’empêcher d’écouter leur conversation avec la mélodie de la pluie comme trame sonore.
Je constate, étonnement, que mes voisins sont des moulins à paroles et mettent leur cassette, pré enregistrée et demandant une présence physique, tous les soirs vers 23 heures précises. Ils sont ponctuels sur le trône tel un coucou suisse. Mrs de Fouines est la directrice de cette société secrète des moulins à paroles puisque chaque membre en possède un.
D’un coup de vent, une fumée odorante d’une mystérieuse cigarette, non conforme aux règles du marché, chatouille mes narines. Cette odeur, presque nauséabonde, traverse la seule et unique pièce principale de mon appartement. Mr de Fouines a le don pour l’envoyer vers cette trajectoire habituelle. Par chance, un vent de fraîcheur balaie cette fumée ailleurs dans l’atmosphère de la Terre.
Après trois quart d’heures, ils décident de prendre congé de leur trône pour se reposer dans leur suite royale. C’est l’heure pour moi, enfin, de reposer mes yeux et oreilles avec la douce mélodie de la pluie sans voix ni parole en avant plan.
FAITES DE BEAUX RÊVES !

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Un samedi productif comme je les aime, surtout lorsque je peux laisser les portes ouvertes sans qu’une fouine y mette le nez. Lavage, séchage et commissions ; la liste est suffisamment longue pour aujourd’hui.
Les commissions se sont bien déroulées à part que la caissière était de mauvaise humeur et critiquait presque tout, à sa voisine caissière, ce que les clients avaient déposé et surveillait une collègue de travail. Elle ne chuchotait pas assez bas pour que nous ne l’entendions pas. Elle ne pesait pas ses mots et je lui souriais, puisque je suis de bonne humeur, en lui disant silencieusement de s’occuper de ses affaires. Dire que je n’ai même pas eu droit à un bonjour de sa part ni un au revoir. Je crains fort que je ne retournerai pas dans ce magasin à grande surface. En tout cas à cet endroit juste pour un mauvais accueil et service.
Gare de Neuchâtel  © Isi Photographie
Ce n’est pas fini ! Je me rends à la gare de Neuchâtel et vais me prendre un billet au distributeur. Je voulais encore charger des sous sur mon cellulaire, mais deux jeunes dans l’âge des années dix étaient pressés d’avoir leur billet. J’ai juste eu le temps de prendre le billet et le restant des sous qu’ils étaient déjà face à l’écran (qui n’était pas près à recevoir des ordres). De toute façon j’avais encore plusieurs minutes devant moi avant de prendre le train.
Retournant au distributeur, je sélectionne mon opérateur téléphonique, y entre mon numéro de téléphone et sélectionne le montant à ajouter et tout cela sous le regard d’une dame bien impressionnée… Ayant fini et voulant retirer mon reçu, la dame se dirige vers moi et me dis : « Bonjour, vous voulez bien m’aider s’il vous plaît. Vous connaissez bien le distributeur, il me faudrait un billet simple, demi-tarif, pour Montreux. » Je lui réponds : « Bonjour, bien sûr et pour une ou plusieurs personnes ? » « Pour une personne », me répondit la dame. Je sélectionne et lui indique le montant à entrer dans le distributeur et lui dit qu’il ne reste plus qu’à prendre son billet et les sous dans le bac. La dame me dit : « Merci beaucoup et je vous souhaite une bonne fin de journée ! » et je lui réponds : « Service et à vous aussi une bonne fin de journée ! ». Du coup cette dame voulant se rendre à Montreux efface l’incident de cette caissière et me rendit encore plus joyeuse.
"i" d'INFORMATION  © Isi Photographie
Puis uniquement si la tendance ce maintient, je vais, peut-être, mettre le fameux « i » internationalement connu pour INFORMATION (mot connu dans plusieurs langues et qui est écrit de la même manière, curieux non…) sur le front. Je ne peux, presque, pas sortir sans qu’une personne ne me demande une information. Il se retrouvera, éventuellement, sur mon front pour deux raisons : la première pour l’initiale de mon prénom et la deuxième tout simplement pour information sur pattes.
J’ai vraiment l’impression, parfois, que j’attire les gens pour leur montrer la direction prendre ou seulement les renseigne. Bizzaroïde cette journée… J’ai l’impression qu’une chose plane sur ma tête sans savoir laquelle… à suivre…

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Couleur 3 est la troisième chaîne de radio de la Radio Suisse Romande (RSR). Une chaîne, comme son nom l'indique, hautement en couleur.

Depuis le début de la semaine, j'ai mis la radio pour mettre un peu d'ambiance au boulot. Des nouvelles se répètent et se succèdent, pendant minimum cinq minutes, à toutes les heures. Entre temps les émissions se diversifient et s'enchaînent  hautement en couleur. Des chroniques colorées, les unes comme les autres, rejoignent l'ouïe des auditeurs. Les musiques, de toutes origines, rythment l'ambiance du moment.

Je vous souhaite une agréable journée à l'antenne de Couleur 3!

Voir les commentaires

1 2 > >>