Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Chroniques Pantoufles

Les Chroniques Pantoufles

Le blog d’Isi : les idées dictées du cerveau d’une brunette aux pensées blondes.

Publié le par Isa Gareau
Vendredi, 25 février 2011
Vendredi ! Cher vendredi brumeux aux gens bourgeonneux. Pourtant j’étais d’humeur joyeuse. Monsieur Soleil fait ton apparition au plus sacrant parce qu’il y a une marre de personnes bourgeonneuses qui auraient bien besoin d’une cure de bonne humeur.
© Isi Photographie
Les "plos" pour ne pas dire bloc, puisque L insiste sur
les "plos" et ça persistera jusqu'à la fin...
Déjà ce matin, en arrivant au travail tout va bien. M doit se préparer à vitesse accélérée à 200% puisque cette dernière aime bien traîner à la rêvasserie. Bottes, veste (pour ne pas dire manteau…), bonnet (pour ne pas dire tuque…), gants et hop dehors. Ah oui ! Le casque pour le vélo (pour ne pas dire bicyclette…) et la voilà partie à la sauvette pendant que je monte les escaliers avec L devant et M crie au travers de la porte : « 
-          Babel vient voir !
-          (Ah non ! C’n’est pas vrai qu’est-ce qui peut bien y avoir…) Oui M, qu’est-ce qu’il y a ?
-          Bien regarde, me dit-elle en regardant le vélo.
-          Oui, c’est ta bicyclette, qu’est-ce qui ce passe ?
-          La chaîne est brisée.
-          Tu y vas à pied alors.
-          Ah ça non alors pas question, je vais être encore plus en retard.
-          Tu y vas maintenant et c’est tout.
-          Non mais… ! J’pourrai pas y aller tranquillement !
-          Et alors… ??? Tu y vas maintenant et c’est bien comme ça tu ne traîneras pas en chemin. »
Elle finit par y aller et Babel la nounou se fait, encore, pour la méchante parce que M n’a pas eu ce qu’elle voulait faute à la chaîne déboîtée de son mécanisme de fonction. Le temps que j’aurai pris à remettre en place cette chaîne aurait pris je ne sais combien de temps alors j’ai préféré l’envoyer à pied.
Ensuite, en montant l’escalier, L est déjà rendue dans le séjour et me dit : « 
-          Babel, regarde Gampi et Ciboulette (deux des trois chats, ils bougent leur queue en même temps.
-          (Comme si je pouvais regarder à travers les murs…) Oui, oui !
-          Vite, regarde, regarde ! insista L de plus en plus.
-          (Rendue en haut de l’escalier) Ah oui regarde… !
-          J’aimerai avoir un sandwich au fromage d’Italie et je peux regarder la télé ?
-          Peut-être.
-          Est-ce que je peux avoir un sandwich au fromage d’Italie et je peux regarder la télé s’il te plaît Babel ?
-          Oui, juste un peu pour la télé, lui dis-je en enlevant mon manteau.
-          Ça vient ce sandwich ?
-          Oui, oui, il est en route, laisse-moi le temps d’arriver s’il te plaît.
Intense arrivée ! Vivement un peu la télé pour faire tomber la tension. Juste pour dire que j’en suis rendue là… A calmer les jeunes avec la télé… C’est vraiment grave ce que je fais et je crois que c’était une des solutions, venue de L, qui me semblait pas mal et vaut mieux tôt dans l’avant-midi parce que plus tard dans la matinée je ne lui aurai pas permise.
Au dîner, j’ai droit, de la part de M et pour une deuxième fois de suite, un petit tour d’actualité internationale. M me parle donc de la situation en Libye et en Afrique (Tunisie et Egypte). En tout cas, si la situation continue comme présentement, nous aurons droit à un joli cours de géographie gratuit de l’Afrique à travers les médias.
Par la suite, après le travail que je dois me rendre à Berne. Je prends le train à partir d’Ins. Je me fais la réflexion que ça fais un moment que je n’ai pas vu la binette de ces chers contrôleurs de billets de train… C’est alors que je me munis d’un billet demi-tarif dont j’ai acquis il y a deux jours. Bien assise et installée dans le train, ne voilà pas qui est-ce qui demandent de sortir les titres de transport (c’est-à-dire billet) : les fameux contrôleurs de billets dans les trains où il y est inscrit « Self-control » qui me rappelle les restaurants « self-services » où il faut chercher soi-même la « bouffe », mais pour ce cas-ci, le billet. Puis lorsque l’on n’a pas de billet, une amende de 80.- CHF si l’on peut payer de suite sinon celle-ci augmente de 20 francs suisses dont au total 100.- CHF et que l’on recevra la facture, dans les jours qui suivent, à la maison. Je me dis à chaque fois (dans ma tête bien sûr !) : « Yes ! J’ai bien fait de prendre un billet ! » Pour ensuite arrivée à destination : Berne !
Berne ? Pourquoi dois-je déjà aller à Berne ? Ah oui ! Un contrôle pour mon nerf sciatique étant blessé à partir du genou comme une corde qui est presqu’en fin de vie et ne tenant qu’à un fil… Je me rends à l’hôpital universitaire de l’Île de Berne et annonce mon arrivée. J’attends une dizaine de minutes. Ce qui me surprend c’est qu’ils sont d’une ponctualité étonnante ainsi que dans les derniers rendez-vous. Avec la médecin, je parle des changements que j’ai remarqué au courant des derniers mois. Je lui ai dit que je peux bouger mon pied de quelques millimètres vers le côté ainsi que vers le haut. Elle a voulu vérifier parce que la dernière fois que j’y avais été, il n’y avait eu aucun changement. Tu aurais dû voir son visage. Elle m’a même dit qu’elle commençait à ne plus y croire et que la nature est quand même de notre côté. Il faut bien croire que la patience paie avec le temps. Je sais qu’il m’en faudra encore beaucoup et je crois que ça vaut la peine d’attendre, même si cela prend des années. Au fond de moi, quelque chose me dit qu’il va revenir de lui-même et même si je crois que je suis la seule à y croire, je serai alors la seule. Dire que ça va bientôt faire deux ans tout ça. Je ne demande que le mieux.
Alors je repars de cet hôpital avec le sourire et une belle nouvelle positive. En prenant l’ascenseur, deux personnes (supposant père et fille) entrent en discutant entre elles et me prennent, en tant que tierce personne, dans leur conversation concernant la perte poids, les mauvais médicaments en circulation ainsi que d’avoir un médecin de confiance. Ils m’ont raconté des trucs dont je ne m’y attendais pas. Je les écoute tout en les accompagnants un bout vers la station de bus. Il faut croire qu’ils avaient besoin d’une oreille attentive…

© Isi Photographie
En attendant le train à la gare de Berne, un rare moment
où désertent les trains.
Retournant à la maison, toujours en train, la voix féminine annonce la bienvenue aux passagers ainsi qu’un sondage sur le type de billet utilisé ainsi que la destination de départ et finale. Il me semble que dans les derniers six mois, lorsque je prenais le train, en allant ou revenant de Berne, quelques sondages ont été effectués, dont un faussé… mais ça c’est une autre histoire dont je vous ai déjà racontée.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Ah! ces paroles d'enfants en bas âge et les phrases toutes pré-frabriquées de je ne sais où, à l'avance pour sortir juste pile poil au moment où tu t'y attends le moins... Puis qui ensuite soit tu restes bouche-bée tellement tu ne sais plus quoi répondre soit que tu as envie d'éclater (pour ne pas dire "pouffer") de rires lorsque l'enfant en question le prend très au sérieux.

Conversation :
"Mise en situation : je prépare le dîner et coupe des oignons (sans pleurer) lorsqu'une petite voix retentit au milieu de l'escalier :

- Babel, est-ce que tu fais des crevettes ?
- Non du poulet (émincé de poulet)...
- Pour faire des fajitas alors ?
- Non plus ...
- Tu coupes des oignons...
- Oui pourquoi?
- Beurk, pour faire une salade d'oignons, me dit L en montant les marches pour aller jouer dans sa chambres, Beurk.

Fin de la conversation. Je n'ai pas eu le temps de dire ce que j'allais faire des oignons... "

Tiens ce serait une idée! Une salade aux oignons... Pourquoi n'y ai-je pas pensé avant? Mais où est que L a été pêchée ça encore cette idée? Dans sa mare aux idées qu'elle cache dans un coin de sa tête? Bien! Je ne vais pas aller chercher plus loin puisqu'avec étonnement, comme à chaque fois je nourris mon cerveau de cette imagination à chaque moment où elle passe. Que c'est magnifique. Non!?!

Je crois que  pour la salade aux oignons, je vais passer mon tour. Je me demande bien s'il y a des gens, à la limite bizarre, mangeant cette sorte de salade faite uniquement d'une sauce et d'oignons???

Mon dîner étant presque terminé que M rentre déjà de l'école. L'heure du dîner ayant sonné, M, L et moi mangeons. Elles ont décidé de raconter leur rêve à table, pas croyable...

Le dîner terminé et les filles jouant en haut dans la chambre soit de l'une soit de l'autre... "Pout Pout" j'suis interrompue dans mon brouillon ù j'écris au stylo sur la feuille. Qui est-ce qui peut bien klaxonner à cette heure-ci? Une quelconque personne cogne fortment à la porte une première fois (faute de ne pas avoir mis de sonnette). J'descends les escaliers au rythme d'escargot en course. Cette personne cogne d'une manière énervée une deuxième fois et je cris "j'arrive".

J'ouvre la porte et dis : "Bonjour!" et il baragouine "le nom du propriétaire dont je ne dévoilerai point ici."

"- Oui c'est bien ici!
- Votre nom svp.
- Isabel Garo.
- Karreau !?!
- Non, G-A-R-O! dont le Monsieur s'empresse d'enregistreé sur son bidule "full" informatisé pour qu'ensuite je signe."

Il me tend son bidule "fullement" informatisé et me dit : "Signez ici" et même pas un svp. Il a un accent italien, portuguais, espagnol voir même arabe... je n'arrive pas à deviner l'origine de son accent. Tu auras deviné que j'ai affaire à un livreur de colis...

Lorsque je prends le bidule "fullement" informatisé entre les mains et je constate que mon prénom est correctement écrit. Quelle jubilation! C'est bien la première fois qu'une personne écrit mon prénom comme il le faut! J'exprime ma joir dans ma tête et avec un large sourire extérieurement. Tout juste si je ne me mets pas à sauter de joie... Un YAHOOOOOOOOOO silencieux s'impose. Mon cerveau jubile. Je signe avec un crayon électronique et faussant ma véritable signature sur papier... Quand même un bidule "full" électronique pour confirmer l'arrivée des colis. Je remets le machin au Monsieur dont j'ai oublié de regardé sur son blouson pour savoir son prénom et nom....

"- Merci et aurevoir!
- Aurevoir!"

De toute façon, il aurait écrit mal mon nom de famille si je ne l'avais pas éppelé comme il le faut. Habituellement, j'ai un probéème avec mon prénom lorsque je dois le faire écrire aux autres et non avec mon nom de famille. Eh bien MERCI les parents! Que je le veuille ou pas, j'aurai toujours des problèmes avec mon prénom. Alors avis aux futurs parents lisant cet article, réfléchissez bien au prénom que vous allez donner à votre enfant et surtout de la manière dont vous l'orthographierai. De toute façon, ça te poursuit toute la vie ce genre de truc.

La salade aux oignons m'aurait bien servi au début avec la mauvaise humeur du livreur de colis au début et on est pas assis constemment à côté de la porte pour les ouvrir... Il y a autre chose à faire quand même! Non mais....

Je reviens aux deux nanas, l'une va faire la sieste et l'autre ses devoirs. C'est congé général le mercredi après-midi pour les gamins en Suisse.

- J'ai pas envie d'aller fair dodo, dit L.
- J'ai pas envie de faire les devoirs, dit M.
- Ah bien que vous le veuillez ou non, c'est pourtant ce qui va arriver jusqu'à l'arrivée de votre maman. Allez hop! Exécution! De toute façon, je ne vous laisse pas le choix, dit Babel la méchante Nounou à ses heures.... (j'adore, mais il le faut de temps en temps)

L'une est rangée et est tranquille pour le moment et de l'autre côté, il faut motiver la plus grande pour sa feuille de mathématique. D'habitude, elle la finie en deux temps trois mouvements sans rien dire. Mais là, c'est la total : "Pas ENVIE de faire les DEVOIRS et on apprend rien avec l'école. Je ne comprends rien" Bon, ça y est, et bla bla ci et bla bla là! Je vais l'aider et tenter de lui expliquer et de la calmer tout en ignorant ses paroles lorsqu'elle n'est pas motivée à faire ses devoirs... Puis la maman arrive et c'est l'heure de partir, pour ma part...!

Vivement les mercredis et les salades aux oignons! Pour une journée ensoleillée tournée autour des oignons, ce n'est qu'à moi qu'il arrive ce genre d'affaires....... Puis les oignons, ça fait péter donc rester en santé!

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Copyright Isi Photographie
Ah! Ha! Ha! Ha! Je ris de moi-même! Je ris et me demande combien je peux être stupide...!?!

Quelques heures plus tard en rentrant du travail...

L'enveloppe, tel que je m'étais imaginée, n'est aucunement une enveloppe. Sacrifice que j'ai de l'imagination fertilement inutile... Au moins, ça aura occupé quelques minutes mon esprit ce matin. Dérangée la fille? Oui!!!!!! Bon je disais donc que ce n'est aucunement une enveloppe, mais un carton "carte-postale" me disant que je n'avais pas assez affranchi des enveloppes à destination du Canada. Pour conclure, je dois me rendre à la poste payé un montant de 20,40 CHF! Je souris à tout ça et je me dis : "Bravo ma grande!" Non, mais il faut le faire quand même...

Puis "la pauvre" Mrs de Fouines a été accusée à tort. De toute façon pas d'excuse après tout ce qu'elle me fait endurer... (Méchante Isi!) De toute façon, le carton a été mis dans la mauvaise boîte, aux lettres bien sûr! Au moins un point positif de Mrs de Fouines, elle fait les messages... Elle reste et restera néanmoins une fouine.

P.S. Il me semblait bien que je ne vous ai pas donné des nouvelles de Mrs et Mr. de Fouines depuis des lustres... J'aime donc ça me plaindre de temps en temps!

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau

Isi Photographie
 Je n'en peux plus! Il me reste une minime dose d'énergie. La prochaine étape : tomber en terre inconnue pourvut que le sol soit recouvert de mousse. J'y crois pas mes oreilles. Je me dis que ce n'est pas possible, mais pourtant le cas. Un cas juste ENORME comme ça. Tu vois le truc ou pas?

EXPLICATIONS (obligent et stop au mystère) :
Mrs de Fouines est, pour celles et ceux ne la connaissant pas encore, la fouine voisine numéro un par excellence. Encore là, je reste TRèS polie en la traitant du qualificatif "fouine". Les oreilles collées par ici et le nez collé par là, rien, enfin presque, ne l'arrête contre la chasse aux nouvelles. Même pour regarder et entendre si à la seconde près où tu quittes la maison pour le boulot. Mais oui, tu sais le bouleau : l'arbre des pays froids et tempérés, à écorces blanche et à bois blanc, utilisé en menuiserie et en papeterie?
En chemin de ma sortie, Mrs de Fouines m'intercepte avec un " - Bonjour!
- Bonjour...!
- Est-ce que tu aurais envoyé un truc au Canada?
- C'est possible oui pourquoi?
- J'ai reçu une enveloppe dans ma boîte aux lettres et La Poste indique qu'elle n'est pas assez affranchi.
- Ok, oui c'est possible.
- Je n'ai pas affaire avec le Canada alors je te la pose là (cette enveloppe qu'elle n'avait pas en main).
- Oui, oui! faisais-je un peu sceptique...
- Bonne journée !
- Bonne journée !"
Bon, d'accord, La Poste s'est trompée de boîtes aux lettres et ça ne m'étonnerai pas qu'elle ait ouvert l'enveloppe pour y mettre son nez à l'intérieur ou pas. Juste avant qu'elle m'informa de cette information piquante de sa journée d'hier, parce que le facteur ne passe pas avant 9:30 voir plus tard..., vers 6:30, ce matin, j'aurai cru d'avoir Mrs et Mr de Fouines dans mon appartement. Impossible qu'ils y soient entrés, j'ai pourtant fermé à clé ma porte... Ils parlaient normalement dans la cage d'escalier (où ça ne résonne pas du tout...) et ma porte n'étant pas insonorisé "ça fou les boules" le matin. L'impression que des personnes "braquent" mon appartement... Une fois de plus Mr de Fouines parti, Mrs de Fouines rentre et allume la radio ou la télévision pour marquer une présence sonore. Je décide alors de me lever au son de mon réveil-matin, branche la prise électrique et allume la radio en levant le son pour étouffer celui d'la voisine la fouine. Habituellement je n'écoute pas la radio avec un décibel aussi fort surtout le matin. Il faut juste qu'elle sache, de temps en temps, qu'elle n'est pas toute seule et que les voisins :  ÇA EXISTENT!
Je reviens à cette enveloppe... J'ai pu constater lors des dernières vacances de Mrs et Mr. de Fouines, où j'ai dû vider leur boîtes aux lettres, que nous utilisons la même clé pour ouvrir les deux boîtes aux lettres voisines. Une clé commune aux deux boîtes aux lettres, étrange non? Qu'est-ce que ce détail vient faire là-dedans? Peut-être, je dis bien peut-être, qu'elle fouille mon courrier en allant chercher son courrier. Puis elle a trouvé cette enveloppe par curiosité. NON! STOP! C'est la faute du facteur de ne pas mettre les enveloppes dans l'adéquate boîte aux lettres. NON! STOP! C'est la faute à celles et ceux triant le courrier. STOOOOOOOPPP!

J'ai l'imagination qui déborde... Qu'est-ce qui m'arrive? Pourquoi je m'énerve? Où est donc passée ma patience extrême? Il faut que je la retrouve vite fait au risque de faire disjoncter les fusibles au quartier général. Reste à vérifier dans quel état est l'enveloppe... Puis ça, c'est un autre épisode... A suivre....

P.S. Le Père Noël illuminé est soit décédé, soit disparu, soit volé. Seul le couple de Bonhommes de Neige a bien voulu rester sur le balcon de Mrs et Mr de Fouines. Il devrait également prendre la fuite à mon avis. C'est pour une merveilleuse cause...

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Hein!?! Des courbatures à l'estomac!?! Comment ça ce fais-tu donc? Comment attrappe-t-on des courbatures à l'estomac? Mais ça ne ce peut pas? FAUX! J'te dis que ça existe puisque j'ai des courbatures à l'estomac...! A partir de maintenant, toute âme et coeur sensible s'abstenir de lire cette chronique... Puis ne viens surtout pas me dire que je ne t'aurai pas averti.

Je commence par le commencement, tout à débuter dimanche midi lorsque je n'ai même pas pu finir mon assiette lorsque mon estomac me dit : "Arrête! Sinon je te renvois la matière!" Je me suis sentie toute croche (mais oui en me promenant croche, la tête croche, les yeux louchants, le nez sur le coté, la bouche croche et en changeant de temps en temps de côté) et ce tout l'après-midi à tel point de ne pas pouvoir me concentrer pour compter les points en jouant aux cartes avec cousin Jo et les grands-parents Mimi et Ätti. En fin d'après-midi, je décide de rentrer prétextant un début de mal de tête. Ce qui n'était pas faux d'ailleurs. Enfin de retour entre mes quatres murs. Si seulement je pouvais vomir. Présicion oblige ; je n'ai pas dîner chez les grands-parents, mais chez moi. Si seulement je pouvais vomir... Rien!

Je n'ai même pas tenté de souper tellement que j'ai l'estomac mal en point. Si seulement je pouvais vomir. Toujours rien... Je me rends aux toilettes et là je m'assois pour faire mes besoins, et sur le coup, inhabituels. Je vous épargne, pour l'instant, les détails. Je prends la poubelle, sors le sac et enfin! D'la matière sortant par les deux bouts en même temps. Quand il faut que ça sorte, il faut que ça sorte. Au risque d'exploser, non merci... J'aime mieux évacuer les mauvaises matières (même si ça sent mauvais) lors d'une rencontre avec un vilain virus attrapé au courant de la semaine dernière... Oui la fille est soulagée et ça fait du bien! La nature ne m'a pas donné des trous pour rien...!

C'est alors que je nettoie, désinfecte et vais me coucher. Plus aucune énergie pour faire quoi que ce soit!

Quelques heures passent dans un sommeil peu profond, je me réveille avec un mal de ventre me renvoyant à la salle d'eau. Paf! Encore une fois, la poubelle et la cuvette en ont pris une jolie dose de carburant d'estomac. Nettoie et désinfecte. Jamais deux sans trois n'est-ce pas? Non... après deux fois, c'est bon, j'ai eu ma dose il me semble. Mauvaise cette nuit.

Réveille sonne, sonne et resonne! Lundi! Ah déjà! Bien je vais quand même travailler... au risque de ne pas faire grand chose. Pas grave je tente. Non, ma tête de cochon ne me dit pas de rester à la maison. Pour faire quoi? C'est bon, j'ai pu vomir et ch*er deux fois une bonne quantité, je ne vois pas pourquoi je n'irai pas!?! J'ai quand même couru aux toilettes quelque fois pour évacuer par un seul trou! Mon estomac me fait des caprices... Quelle chance! La journée ne ce passa mieux que prévue, j'ai même été capable d'aller faire de la physio!

Pour ce qui est aujourd'hui, j'ai des courbatures à l'estomac! Lorsque je ris, ça me fait mal au muscle gastrique. Siboire, ce n'est pas drôle avoir mal à ce muscle là... Il n'est plus que courbaturé maintenant et ce qui est signe de guérison. Puis rire me rappelle les merveilleux moments vécus les derniers jours. Une fois de plus mon corps m'envoie un rappel à l'ordre de ne pas trop en faire et de ne pas m'inquiéter pour des causes inutiles. Il me dit : "RALENTIS ISI !" J'ai encore quelques difficultés à comprendre ça et je fais passer les autres avant moi... Bien... je ne vais pas commencé une psychanalyse ici parce que ça ne concerne que moi. Je pourrai comparer cette grippe intestinale ou gastro (pour d'autre si c'est le terme exact pour qualifié ce que j'ai eu) aux manifestants en Tunisie et en Egypte se battant pour leur pays. Pff.... mauvaise comparaison à ce que je viens de vous raconter et rien à voir du tout. En espérant que ça se replace pour tous les Tunisien(ne)s et Egyptien(ne)s comme le fait mon estomac. Le temps arrange bien les choses.

En fin de compte... je ne vois pas pourquoi je vous ai raconté tout ça. C'est vraiment dégueulasse de ma part d'un côté et d'un autre, je t'avais dit à l'âme et au coeur sensible de s'abstenir. Ça m'apprendra!

Voir les commentaires