Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Chroniques Pantoufles

Les Chroniques Pantoufles

Le blog d’Isi : les idées dictées du cerveau d’une brunette aux pensées blondes.

Publié le par Isa Gareau
Un manchot empereur a pris la fuite de chez lui pour s'installer à 4000 km de là, en Nouvelle-Zélande. Après la disparition de Cacahuète en Suisse, voilà un manchot fugueur de l'Antartique, parti de son plein gré, ne sera pas reconduit chez lui puisqu'il fait nuit toute la journée (en Antartique) en cette période-ci de l'année. Il a dû avoir écho de son ami "Mumble, Happy Feet"... Je lui souhaite un beau séjour en Nouvelle-Zélande.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Un tour sur le réseau social Facebook pour curioser les statuts les plus récents et pour apprendre la disparition de Cacahuète. Oui Cacahuète est le prénom d'une ânesse âgée de cinq ans. Ayant disparu à Vercorin dans le canton du Valais (en Suisse), j'ai été lire l'article consacré à Cacahuète par le quotidien Le Matin. Toute une péripétie que raconte Paulette, la propriétaire de Cacahuète. Je ne dis pas "BRAVO" au(x) voleur(s). L'idée de voler un animal ne me viendrait pas à l'esprit et même voler ne me viendrait pas à l'esprit non plus. Je souhaite que les policiers retrouvent rapidement Cacahuète pour rassurer Carotte et Shrek, les parents de Cacahuète, ainsi que la propriétaire Paulette.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
En ce samedi matin gris à tendance pluvieuse, j'ai un énorme retour en arrière (je devrai dire "Flash back" c'est plus glamour non?) dans le monde merveilleux qu'est l'enfance.

Je me suis souvenue qu'avec ma sœur Sisi, nous allions dans une vieille cabane derrière le garage et nous jouions. Sisi y avait été jouée avec Dédé, une amie d'enfance et de longue date de Sisi, tout un après-midi. Puis étant curieuse de ce qu'elles faisaient et elles jouaient à avoir une petite ferme et une maison. Je leur avais demandé si je pouvais aussi joué avec elles un moment et elles ont gentiment accepté.

Cette cabane étant une ancienne ferme ayant un atelier avec quelques outils encore en place. De vieux outils que les fermiers d'époque utilisaient. Malheureusement, je n'ai pas de photo de cette cabane à l'abandon. Sisi et moi allions jouer souvent au courant de cet été en allant chercher des boîtes de Joe Louis (pleine) en guise de pizza pour nos après-midis passés. Nous emmenions également quelques bougies en guise de lumière ou pour faire chauffer du métal pour que nous puissions cuisiner (ça ne fonctionnait pas fort fort puisque les bougies ne donnaient pas assez de chaleur. J'avais peur que la cabane prenne feu… Je faisais alors hyper attention parce que j'avais conscience que le bois dont la cabane était faite était vieux. En plus il y avait du foin séché. Alors imaginé l'incendie… Ne vous inquiétez pas, je n'ai jamais laissé une chandelle allumée et nous avions toujours de l'eau à porter de main.  Je devais avoir une dizaine d'année à cette époque. Mon frère Mic s'est joint à nous de temps en temps. 
C'est drôle comme nous avions des idées avec des choses simples. Un bout de bois, prendre des draps pour faire des cabanes dans la maison en jours de pluie ou encore organiser un spectacle maison dans le sous-sol et j'en passe et j'en passe. Aujourd'hui, rares sont les enfants faisant ce genre de trucs.

Un jour, nous avions décidé de ne plus aller y jouer puisqu'un nid d'abeilles s'y était installé dans le même été. Nous avions eu peur de nous faire piquer. Ce sont que de beaux souvenirs d'enfance.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Une semaine sous le signe de l'angoisse vient de se terminer et par bonheur qu'elle se termine. J'étais dans le doute total et le suis toujours.

J'ai peur! Cette peur se divise en deux : joyeuse et inquiétante. Je m'inquiète pour moi. J'ai peur de ne pas y arriver et pourtant quelque chose au fond de moi me raconte le contraire. J'ai en moi beaucoup de sentiments contraire se côtoyant . Depuis que je sais que je ne vais plus avoir d'emploi mi-août, j'angoisse à ce que je vais faire. J'angoisse à ce que je vais devenir. J'angoisse à savoir si je vais trouver un emploi d'ici la fin de l'été. Puis le pire dans tout ça, c'est que je me dis que je ne suis qu'en juin et que j'ai encore un emploi. Je me dis aussi que j'aurai un emploi au mois d'août et que je ne devrai pas m'inquiéter plus que ça.

J'ai écrit des lettres de motivations cette semaine parce que j'avais une journée où la motivation était au rendez-vous. Il me reste qu'à les envoyer. Je sens que je vais avoir, sur les 8 écrites, une réponse positive. Je ne sais pas pourquoi cet optimisme tout d'un coup. Puis lorsque j'ai une peur mitigée comme ça, je sais que je vais avoir une réponse positive. Il ne faut pas me demander pourquoi et surtout pas le chercher. Je sais que j'y arriverai avec toute cette peur et angoisse toutes joyeuses qu'inquiétantes qu'elles peuvent l'être.

C'est tout bête tout ça, mais c'est ce que je ressens. Pourtant il y a tellement à faire avant le mois d'août et je sens que ça va arriver plus vite que je ne le pense. C'est dans deux mois! Malgré tous ses sentiments, je sais et je sens que je vais y arriver parce que je m'en sens capable et à quelque part une porte est réservée juste pour moi pour que je puisse l'ouvrir et passer au travers.  Est-ce que tu n'as jamais ressenti ces sentiments toi aussi?

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Le risque d'écrire aussi tard (22h58 le 12 juin 2011) est que je n'ai pas le temps de publier cette note avant aujourd'hui… vue qu'il me reste près d'une heure pour ce que je veux écrire et je crains que ce ne soit pas assez pour les Dix Manches du Dimanche… Mais bon, mais ça le restera quand même.

Non, mais quelle journée de merde aujourd'hui… Je suis restée enfermée chez moi toute la journée. Je n'ai même pas mis les pied dehors en cette journée ensoleillée avec des traînés de nuages dans le ciel. Une journée à rester toute seule. Ma petite voix me disait de rester chez moi et de ne pas sortir. Un petit truc me disant d'être avec moi-même, de ne pas me montrer. Une journée à rien faire. J'ai quand même été cherchée mon linge pendant dans la buanderie depuis mercredi… Je n'étais pas foutue d'aller chercher mon linge à la buanderie… La motivation me manque… Je ne sais pas où je l'ai laissée et j'aimerai tant la retrouvée. Puis je n'ai fait que de plier mon linge et pas eu le courage de le ranger dans mon armoire. Mais oui, nous sommes dimanche et une fin de semaine prolongée de la Pentecôte ce qui veut dire congé lundi!

Je suis assise sur mon lit et j'ai fini, depuis plusieurs minutes, d'écouter le premier film de la télésérie Sex and The City! Ça fait juste deux fois que je l'écoute cette semaine puisqu'il passe à la télé sur deux chaînes différentes et dans deux langues différentes (allemand et français). Juste pour dire qu'il n'y a rien qui vient à la télévision et que cette semaine a été pourrie concernant les activités et il y a quelque chose de bizarre. Toute la semaine a été bizarre. Un truc ne tournant pas rond comme s'il allait se passer un événement anormal. Une action à laquelle je ne m'attends pas. Je ne peux pas dire ce que c'est, mais je le sens. C'est pour ça que je suis une éternelle angoissée ayant peur d'avancer et pourtant j'avance. J'avance de avec de petits pas de souris et dès que je prends un grand pas de girafe et PAF! Je frappe le mur à grand fouet. J'apprends une nouvelle quelconque bouleversant ma vie positivement ou négativement. Et là je sens qu'il se passe quelque chose de négatif. Je ne peux pas dire ce que c'est, je le sens c'est tout. Je le saurai, au minimum, dans les cinq prochains jours voire plus. Je ne sais pas pourquoi je raconte ça, mais c'est louche tout ça.

Je suis toujours assise sur mon lit, la télévision toujours en marche sur un épisode de CIS : Las Vegas et je pianote sur le clavier de mon portable à me plaindre, mon activité favorite en cette fin de semaine pourrie… Dire que j'ai vidé une bouteille de Café de Paris (cocktail à base de vin mousseux) à l'arôme de Litchi que j'avais depuis la veille du jour de l'an 2011… Déprimant tout ça. Puis j'ai vidé une deuxième bouteille de Rimuss Lichti Perl sans alcool. Il faut le faire… Je le répète, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond et qui éclatera au grand jour demain lundi. Une nouvelle loufoque dont personne ne s'y attendait dont moi la première.

J'aurai quand même réussi à publier cette note avant minuit aujourd'hui!

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Publié dans : #Psychose de Con El Combre, #Concombre, #Espagne
Source : Dessin de Coco paru dans « Vigousse »
du vendredi 3 juin 2011
Con El Combre est autrement connu sous le nom du concombre tueur espagnol. Il fait actuellement ravage en Allemagne et maintenant certains cas ont été décelés en France voire ailleurs en Europe. Con El Combre ne peut se faire arrêter puisqu’il est un concombre et qu’il passera au composte avec sa bactérie.
Après la vache folle (encéphalopathie spongiforme bovine (ESB)) en 1981, le « chickengate » ou l’affaire du poulet à la dioxyne en Belgique en 1986, la grippe aviaire (grippe du poulet (et les poules ont été en manque d’affection)) en 2003 voici l’épidémie de la bactérie E. Coli (ou le concombre tueur).
On se croirait dans un mauvais film de science fiction où Con El Combre, le concombre tueur, en est la vedette. Après une production maraîchère contaminée de la bactérie Ehec (on pourrait ajouter la lettre « C » entre le « E » et le « H » pour faire le mot « ECHEC » ; échec et mat pour la saison 2011), un boycotte général pour le concombre en Europe. Tous les médias s’en sont emparés pour étouffer d’autres nouvelles que nous suivons depuis des semaines afin de les mettre en second plan. Même la tomate, rouge de honte en cette saison précoce, s’y met dans le nord de l’Allemagne. Ça promet pour les salades et les crudités tant consommer en saison estivale
Après cette longue période de sécheresse, même en Espagne, c’est à se demander avec quelle eau les maraîchers espagnols ont arrosé leurs terres. Vu que l’Espagne est entourée, majoritairement, de frontière maritime que terrestre. Serait-il possible que la bactérie soit de source maritime ? Souvenez-vous en 2010 la fuite de pétrole au large des côtes états-uniennes et mexicaines et s’étant éparpillée dans l’océan Atlantique et ainsi de suite… Serait-il possible, jusqu’à aujourd’hui, le pétrole s’est rendu dans les eaux espagnoles et condamné spécialement et spécifiquement les concombres ? Ce ne sont que des questions sans réponses et voilà que j’ai appris une autre nouvelle…
Source : Dessin de Coco, Pipl et Bénédict paru dans
« Vigousse » du vendredi 3 juin 2011
Le concombre est également connu pour ses vertus pour la beauté. Manger des concombres ou se faire un masque de concombre permet d’avoir une belle peau. On peut manger ce légume à volonté puisqu’il est pauvre en calories (voilà que j’avais trouvé un légume pour mes souper en soir d’été pour perdre quelques kilos, belle nouvelle : je vais en manger quand même !). Que l’on ne vienne pas me répété de manger cinq à dix fruits et légumes par jour… Con El Combre, chef de clan ayant introduit la bactérie E Coli chez la grande famille des crudités, se cache dans les Pyrénées et que l’on mettra dix ans à retrouver. C’est pour ce que Con El Combre envoie ses troupes à travers l’Europe provoquant des hémorragies dans le système digestif chez l’être humain et dès qu’on l’aura trouvé, il sera desséché et congelé au sommet d’un mont inconnu.
Maintenant, selon des sources médiatiques, la bactérie E. Coli serait d’origine allemande et parviendrait des germes de soja. Tiens, tiens, le concombre bien d’éjaculer (pour les enfants lisant cette note, si tu ne sais pas ce que veut dire ce mot, demande à Papa ou à Maman et s’ils ne veulent pas te répondre, sors un dictionnaire et cherche le mot. Avis aux parents : un jour ou un autre, votre enfant ou vos enfants en entendront parler. Ne soyez pas surpris qu’ils viennent vous demander comment font les concombres pour éjaculer des germes de soja ? Répondez que la dame écrivant cette note a une imagination fertile et qu’elle a écrit cela en blague) des germes de soja allemandes tellement sa jouissance est grande qu’elle ne vienne pas de lui. Quel sera légume de la semaine prochaine pour que je commence à imaginer les progénitures ? Parce que chez les légumes, les progénitures viennent en plusieurs exemplaires sur le marché de l’alimentation. Il ne faut jamais oublier de sortir couvert dans tous les sens du terme.
En passant, et je le répète, j’ai grandement l’intention de manger du concombre, mais de ma région même si ça va me coûter la peau des fesses. Les concombres d’ailleurs peuvent aller se rhabiller chez eux et revenir l’année suivante. Ah non ! Je me rends compte que je suis raciste alimentaire. PSYCHOSE ! PSYCHOSE ! C’est rendu grave… Même les médias nous répètent de manger au gré des saisons et régionaux. Là, j’accuse les médias de raciste alimentaire… PSYCHOSE ! PSYCHOSE ! Non mais, c’est vrai les émissions culinaires incitent les gens à acheter saisonnier et chez leur producteur régionaux. Que ferions-nous sans eux ? Puis qui est-ce qui ont parlé de ce concombre tueur contenant une bactérie pouvant provoquer la mort ? Je ne l’aurai jamais su si je n’avais lu le journal. Je vais mettre la faute sur ma curiosité aussi… PSYCHOSE ! PSYCHOSE ! Dans le fond du puis dans un chemin éloigné en campagne, les médias (tout média confondu) ont raison d’informer la population au sujet des bactéries alimentaires pour éviter une épidémie, mais pas au point d’en faire un drame international… PSYCHOSE ! PSYCHOSE ! Je m’excuse d’avoir traité les médias de « racistes alimentaires » en voulant encourager leur région respective puisque je fais de même (encourager les producteurs de ma région) et en respectant l’environnement. Même si je suis « raciste alimentaire » concernant le concombre en provenance espagnole pour le moment, ça ne veut pas dire que je boycotte le reste des aliments en provenance externe et internationale de ma région. « Raciste alimentaire », c’est vrai que le terme fait réagir, mais qui est-ce qui achète les concombres espagnols en ce moment depuis cette invasion médiatisée ? Regardez dans le rayon de légumes à l’étalage des concombres espagnols ? Soit ils (concombres espagnols) ont été retirés du marché et remplacé par les concombres régionaux, soit il n’y a plus aucun concombre pour les prochaines semaines… PSYCHOSE ! PSYCHOSE ! Il est évident de ne pas vendre des aliments contaminés. D’un autre coté, si la bactérie E. Coli s’est rendue dans votre pays, je vous donne l’autorisation de manger un concombre importé d’un pays où la bactérie n’y a pas encore déclaré la guerre. PSYCHOSE ! PSYCHOSE ! Ne pas oublier de laver vos légumes avant toute consommation (à moins que votre eau ne soit pas potable et contaminée par une autre bactérie donnant la diarrhée, mais ceci est un autre sujet…). PSYCHOSE ! PSYCHOSE ! N’oubliez pas de sortir couvert.
Source : Dessin Burki paru dans « 24 Heures » du 31 mai 2011
ainsi que dans « Migros Magazine » du lundi 06 juin 2011
Vu que Con El Combre est un présumé innocent dans la communauté des légumes une alerte au boycotte et à la psychose est déclenchée dans l’ensemble de l’Europe. Après tout ça, Con El Combre disparaîtra après avoir laissé des traces dans les culottes sans être allé jusqu’à la source de la provenance de la bactérie et sans jamais l’avoir retrouvé. Un vieux dicton actualisé aux faits du moment : « Mieux vaut manger un cornichon qu’un concombre, ce n’est pas la grandeur qui compte ! » Pour ça, il ne faut pas être un CON du fond en COMBRE !

BON APPETIT !

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Un article intéressant sur les concombres tueurs d’Europe ! Juste pour dédramatiser un peu toute la polémique…
« Jouons au concombre
Tout a commencé par quelques brèves dans les journaux : une mystérieuse bactérie au joli petit nom E. coli a provoqué une dizaines de décès et de nombreuses diarrhées en Allemagne du nord. L’affaire Strauss-Kahn se tassant quelque peu et la canicule poursuivant son œuvre, on a vu la mystérieuse épidémie prendre de l’ampleur pour devenir après le tsunami japonais et l’ouragan américain la nouvelle menace contre la planète des hommes.
Le concombre s’attaque aux humains ! On dirait un film catastrophe de série Z. Un navet, quoi. Vont-elles nous exterminer tous, ces cucurbitacées laxatives ?
On peut le croire, à voir la place que prends désormais le cucumis sativus dans les médias. Et ce n’est pas fini. Surtout qu’ils sont espagnols, les tueurs. Et même « bio », paraît-il !
Quand on connaît toute les saloperies chimiques que l’agriculture ibérique asperge (si l’on ose dire) sur les légumes pour en inonder le marché européen à bas prix, on peut douter du côté naturel de ses traitements. Qu’importe, la nature se venge et nous voilà cernés. A l’est les poissons sont irradiés et à l’Ouest les légumes nous donnent la « courante ». C’est pas la fin du monde ça ? C’est que nous sommes désormais accros à la catastrophe. Si la presse n’a pas son désastre hebdomadaire à faire mousser, le citoyen se sent tout perdu. Alors quand un tremblement de terre n’ébranle plus personne, quand un grand de ce monde ne fait plus bander avec ses turpitudes, il reste à monter une mayonnaise avec le concombre. Et c’est très utile, un concombre. Un ministre français a rassuré la population en disant, en substance, que « si on n’en mange pas, on ne risque rien » ! Monsieur a de l’imagination !
Reste que le concombre est parmi nous, il sème la terreur, il aura notre peau à tous. Et la presse continuera de nous prendre pour des cornichons ! »
Par : Patrick Nordmann
Source : « Jouons au concombre », Partick Nordmann, paru dans « Vigousse » du vendredi 3 juin 2011

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
„Das Stylegirl sich den neuen Film über den Heiligen Yves Saint Laurent an. Vor Ehrfurcht hört sie nicht auf zu weinen.
YSL, I love you! Eigentlich fing alles ganz und fast harmlos an: Sonnenuntergang, Schwanengesang, Weisswein, der zwar rosa war, aber trotzdem ok (er war offeriert – nun ist nicht alles, was umsonst ist, auch gut, aber eben, einem Geschenk Gaul schaut man nicht ins Maul). Ich trug Schuhe in Wolkenkratzerhöhe und bekam folglich viele Komplimente für meine Beine. Niemand wusste, dass ich nach fünf Stunden in diesen Schuhen ein Fall für den orthopädischen Notfall sein würde. Ich dachte an Oma und ihr Credo „Wer schön sein will, muss leiden“ und machte ein kühles Gesicht zu brennenden Füssen. Bis ich anfing zu weinen, ganz leise und zwei Stunden lang – denn ich schaute den Film „L’amour fou“. Darin erzählt Pierre Bergé über sein Leben und seine grosse Liebe, den an seinem Genie leidenden Yves Saint Laurent. Man sah einen Opa, der mit der grössten anzunehmenden Würde aus dem Nahkästchen plauderte. Über das Power-Couple-Sein, das Hippie-Nacht-leben im Marrakesch der 60erJahre (Gott segne Talitha Getty) und Yves‘ Abstürze. Und wie das Leben nicht schöner wurde. Dazu die herrliche Kleider und eine Kunstsammlung. Deren einziger Zusammenhang die Sehnsucht nach Schönheit ist. Wer müsste da nicht weinen?
I cry only golden tears! Ich jedenfalls konnte mich angesichts dieses Bundes fürs Leben, dieser bedingungslosen, wahren und einzigartigen (die ganz nebenbei noch die Mode revolutionierte) überhaupt nicht mehr beruhigen. Bis die Moderatorin den anwesenden Regisseur fragte: „50 years of monogamy – is that possible?“ Niemand im Saal wusste Rat, der arme Regisseur am wenigsten. Noch fragwürdiger war nur der Kommentar „Ich wusste gar nicht, dass die schwul waren“. Es ging hier weder um sexuelle Orientierung noch um Monogamie – sondern um LIEBE und FREIHEIT! Darum, wie man es schafft, den geliebten Menschen nicht an der nächsten Ecke zu verlassen, nur weil mal nicht nach Hause gekommen ist. Ich liess mich nach Hause tragen. Und am nächsten Tag kaufte ich mir ein Paar neue Schuhe. YSL natürlich! Und trinke ab sofort und bis auf Weiteres nur noch marokkanischen Minztee.“
Je sais que nous ne sommes pas vendredi, mais jeudi! Miss Friday a refait surface vendredi dernier où je voulais vous partager cet article. Sauf que, faute de temps, je ne lai pas publiéOui cet article est en allemand. Je vous avais prévenu qu’il y en aurait de temps en temps. Miss Friday n’a pas fini de venir faire son tour dans Les Chroniques Pantoufles.
Source : Miss Friday, Kolumne, „Friday“ 20 Minuten, 27 Mai bis 2. Juni 2011 No 21, Seite 32

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Bienvenue au sixième mois de l’année bien entamé qu’est juin et ce sous le signe de la pluie. Bien évidemment tu n’habites pas au même endroit que moi et que tu as certainement droit à un rayon de soleil sur la tête. Tant mieux ! Cette pluie me fait du bien au moral.
Je ne pourrai point dire que les cinq derniers mois n’auront pas été mouvementés. L’actualité est un feuilleton quotidien. Chaque jour de nouveaux épisodes écrivent une page d’histoire et ce à toute heure du jour. En janvier ; des inondations en Australie et une éclipse partielle du soleil en Europe ainsi qu’un début des hostilités en Afrique du nord. En février et mars ; la Tunisie, l’Egypte et la Lybie se révoltent contre leur dirigeant « dictateur » (et on entend encore aujourd’hui parler surtout en Lybie où Kadafi pas fini…) et le 10 mars, le Japon tremble à Fukushima et fait retenir le souffle à la planète entière causant à la centrale nucléaire des failles et déclenchant des alertes internationaux de tsunamis et principalement en région japonaise. En avril ce fût tranquille jusqu’à la dernière semaine du mois et précédent le mois du mariage de K et W et que la planète entière (enfin presque) a fait le décompte à la minute près. Mai ; le mois où les inondations au Canada apparaissent ainsi que la sécheresse en Europe, l’affaire DSK (pu capable d’en entendre parler et qu’on clôt l’affaire que l’on passe à autre chose) et le volcan islandais Grimsvoetn (les frères Grimm peuvent se retourner dans leur tombe et reposer en paix…) se fait plus discret que son cousin du mois d’avril 2010… et perturbant quand même le trafic aérien nord-européen. Quelque chose à rajouter ? Histoires insolites dont j’aurai oublié de parler…
Probablement au mois d’avril… où le monde était tournée vers un seul pays voire une seule ville. Je suis certaine que certains dirigeants (majoritairement politique) ont profité de la situation pour faire une belle manœuvre en douce sans que personne ne s’en aperçoive… et ça ne me surprendrait pas qu’une affaire éclate au grand jour dans quelques mois. Ou encore les célébrités auront également profité pour filer en douce entre les yeux des paparazzis, tous (enfin presque) planqués dans une seule ville pour « l’événement du siècle »… Ou encore la surprise de l’Eurovision où l’Azerbaïdjan gagne sous les yeux de milliards de téléspectateurs. Ah oui ! J’allais oublier les concombres espagnols ayant fait plusieurs victimes, causé par une bactérie d’origine inconnue, en Allemagne fin mai. Je le savais qu’il fallait toujours laver les légumes avant de les consommer. Je te rassure, cher lecteur, que je n’ai pas été attente et ces concombres, contenant les bactéries d’origine inconnue causant principalement la grippe intestinale (mieux connue sous le nom de gastro), n’ont pas atteint la Suisse et s’il y en a eu, ils ont été immédiatement enlevé du marché évitant ainsi une épidémie. Toujours passé en ce moi de mai, la première Dame de France, Carla Bruni-Sarkosi, serait enceinte. Oui et alors ? Ça prouve juste que le couple présidentiel français trouve le temps de copuler et en voilà le résultat. Il ne faut toutefois pas oublier de toujours sortir couvert, même si tu es une fille… et que tu ne veux pas te retrouver dans le même cas que Carla (à moins que ce ne soit voulu) ou d’attraper une maladie… Voilà le message est fait.
Tout un résumé des cinq derniers mois, vite fait et bien fait ! Je pourrai faire des prédictions comme le fait Tonton Pierrick merveilleusement bien cet article (cliquer sur le mot « article » précédent cette parenthèse pour le lire juste après avoir lu celui-ci jusqu’à la fin… (Merci !)) paru dans Vigousse vendredi dernier. Excellent ! Tonton Pierrick résume très bien où je veux en venir. Voyons si ses prédictions s’avaient être juste malgré l’exagération de celles-ci mais dans ce monde en 2011, tout est envisageable.
Pourquoi demander mieux comme feuilleton que les journaux (satirique ou pas), les journaux télévisés ou les divers magazines où Dame Nature a le rôle principal ? Tout bien réfléchi sous la pluie bien à l'abri, je me laisse surprendre à chaque jour et qui vivra verra !
A suivre régulièrement dans votre quotidien préféré…
P.S. Et toi, as-tu fais tes prédictions ?
P.S.S La raison pour laquelle la pluie réfléchie est de former des cours d’eau pour mieux devenir des nuages et ainsi retomber sur terre et tout ça sous différentes formes.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Voici un article très intéressant dont j'ai envie de vous faire partager et que j'ai lu dans l'hebdomadaire Vigousse. Bonne lecture!
« Agenda des fléaux Tout le programme des catastrophes jusqu’à la fin août en fin d’article.
En 12 mois, chacun a eu le loisir de remiser dans un coin reculé de sa mémoire le nom imprononçable du volcan islandais Eyjafjòll. En effet, ces dernier temps, le rythme des grosses emmerdes s’est accéléré. Il est donc nécessaire de vider la mémoire cache de notre cerveau au moins une fois par année afin de conserver le plaisir du spectacle et du grand frisson promis par les médias.
Nous, public téléphage, webophage et pressegratuitophage, somme de plus en plus exigeants. La petite catastrophe annuelle ne suffit plus à nous faire oublier l’immense farce consumériste dont nous sommes à la fois les acteurs, les victimes et les témoins. On a besoin d’être distraits. On veut du suspense et du rebondissement. On veut des explosions, du sang, des glaires et surtout des molaires. Prochaine étape : une catastrophe par jour. Mais une grosse ! Pas des petits attentats sur la place du marché de Bab el Oued. ON VEUT DES CA-TA-STRO-PHES ! Et s’il était possible de laisser planer le doute sur les causes ou les conséquences du drame, ce serait encore mieux. Le plaisir que nous en retirerions plus de trucs à raconter à la pause de 10 heures. Si les mêmes thèmes reviennent d’une année à l’autre, ce n’est pas grave. De toute façon on oublie tout au fur et à mesure.
Au programme cette semaine donc : Grimsvoetn vs Eyjafjöll. Semaine prochaine : génocide en Belgique, les Wallons exterminés en quelques heures. Semaine suivante : échange de tirs nucléaires entre les USA et le Canada. Fin juin : la France entière brûlera dans un incendie géant. Juillet-août : pause d’été. Reprise du programme en septembre 2011 avec de belles surprises, comme la capture et l’élimination d’Obama, dont le corps sera coupé en morceaux et transformé en gelée pour en fabriquer des bonbons Haribo (on soupçonne déjà le KGB)*.
Tonton Pierrick
*Programme des catastrophes de l’automne disponible sur la page Facebook de Vigousse dès le 15 août. »
Source : Grimsvoetn : le grand show chaud de la semaine, Tonton Pierrick, Vigousse, Vendredi 27 mai 2011, p. 10

Voir les commentaires