Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Chroniques Pantoufles

Les Chroniques Pantoufles

Le blog d’Isi : les idées dictées du cerveau d’une brunette aux pensées blondes.

Publié le par Isa Gareau
Dire que la Fête des Vendanges 2011 de Neuchâtel bat son plein présentement même, j'ai fait demi-tour lorsque je suis arrivée en gare de Neuchâtel. Pourquoi? Trop de monde et un manque de motivation de ma part! Déjà j'étais pessismiste à vouloir y aller et je m'étais dites que j'irai voir. Toute cette foule à la gare m'a fait perdre mon sourire et encore plus le peu de motivation que j'avais de sortir pour un vendredi soir.

Donc je suis allée au dépanneur "Coop Pronto", ouvert de 5h00 à 00h00, m'acheter à boire. Le dépanneur est plein et "pafff" sur qui je tombe sans m'attendre? Le type à l'haleine d'alcoolo!!!! Purée je ne m'attendais pas à le revoir surtout dans un dépanneur! Le mec me donnant une tape sur le bras tout en me disant : "Salut! ça va?" Surprise je me retourne en ne répondant. Il me semblait que samedi dernier je lui avais bien fait savoir du contraire. Pourtant, c'est vraiment le fruit du hasard et que c'est totalement imprévu. Son visage était tout illuminé en me voyant et dégoûté que je ne lui réponde pas. Que je suis méchante! Mais j'avais bien une idée en tête étant d'acheter mes trucs et de rentrer chez moi. Puis le comble, on finit tous les deux de payer en même temps et je pensais dans ma tête : "Faites qu'il ne me parle pas parce que je vais perdre ma voix en une seconde!" J'ai de mauvaises pensées traversant mon esprit. Je n'y peux rien elles viennent d'elles et elles sont souvent sarcastiques lorsque j'ai de mauvais "feeling" sur les personnes et qu'il en faudra beaucoup pour que je leur fasse confiance. Je fonctionne comme ça, au "feeling" et j'écoute ce que ma petite voix en dedans de moi. Cette voix, elle a toujours raison, même si je ne l'écoute pas toujours et qu'il faut que j'en fasse l'expérience par moi-même parce que j'ai, parfois, la tête têtue. 

J'étais quand même de sortie et pour de courte durée. Je pouvais tomber sur une autre personne, mais jamais je n'aurai cru tomber sur cette personne rencontrée samedi dernier. Qui l'eût cru? Qu'un jour je raconterai ce genre d'histoire? Il faut croire que ça n'arrive qu'à moi ce genre d'histoire pour mieux les raconter.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Nuitée du 17 au 18 septembre 2011!

"Tsé quan té minder pour sortir poure rentrer avant l'heure, c'est chiant!"

Ce n'est définitivement pas joli écrit phonétiquement. Mais vraiment pas! Dire que je suis rentrée avant minuit et j'étais hyper (trouver un autre mot ne me vient pas à l'esprit) motivée pour rentrée avec le premier train (vers 6h00) et les circonstances en ont fait autrement. Maintenant je suis assise sur mon lit et écrit en même temps que ma sauce tomates aux légumes mijote et tout ça en écoutant "On est pas couché" présenté par Laurent Ruquier sur France 2. Avant que je rentre, en attendant le train, j'ai été cherchée les ingrédients pour une sauce à faire pour que je puisse utiliser le reste de pâtes à lasagne. Voilà que ça mijote à feu doux et une délicieuse odeur s'en dégage et ce à presque minuit... Il faut le faire hein pour un samedi soir... Après son "speech" du début et la présentation des invités, Ruquier reçoit, toujours (enfin presque), son premier invité qui est une personnalité politique française jouant un rôle dans le quotidien des Françaises et des Français. Je ne sais pas pour les autres même les chers voisins français, mais ça devient agaçant d'avoir à écouter un politicien français en tant que premier invité alors qu'il y a d'autres invités plus intéressants à écouter. Certes c'est le concept de l'émission, mais je ne vois pas pourquoi l'invité politique monopolise presqu'une quarantaine de minutes de l'émission et ce pour que les autres invités aient moins de temps pour la raison pour laquelle ils y sont. De plus plusieurs d'entre nous seraient moins ennuyés et auraient aussi la zappette moins facile. Déjà que je change de poste à cette heure de la nuit pour cette émission et tomber sur presqu'un débat politique. De plus, deux collaborateurs ont été remplacés par deux collaboratrices de même niveaux. Ces dernières n'auraient-elle pas un code vestimentaire à respecter puisque les deux collaborateurs venaient, majoritairement, en costard. Celles-ci essaieraient-elle de déstabiliser les invités en mettant un chandail à bretelles spaghettis? Vous voyez où je veux en venir... Sans commentaire de plus sur ce en ce samedi au goût d'eau et l'électricité dans l'air d'après les éclairs.

Pour en revenir à mes "moutons", les festivités du millénaire sont au rendez-vous du 16 au 18 septembre 2011 à Neuchâtel. Neuchâtel fête ses 1000 ans tout au long de 2011 et prendront fin la fin de semaine du 24 au 26 septembre 2011 avec la fête des Vendanges. Plusieurs concerts gratuits ont été et sont annoncés. J'en ai entendu qu'un et demi et pourtant... Lors du premier concert, celui du groupe Grand Mother's Funck (dont je ne connaissait pas et une belle découverte tout de même), je me suis faites draguée par un type à l'haleine (j'allais écrire baleine) d'alcool. Au départ, je l'ai envoyé balader subtilement en ignorant sa présence. Impossible! Me demandant à deux reprise si je prendrai un verre. Un verre vide oui! Avec ça j'aurai pu avoir deux verres vides gratis... Non, sans blague, j'ai refusé gentiment avec un "non merci". Je suis restée polie. La prochaine fois, si ça m'arrive, je vais répondre : "Volontiers et le verre, tu en choisis un beau avec rien dedans. Comme ça j'aurai un souvenir de plus dans mon placard!" Le seul hic me posant problème est que je ne suis pas certaine de le faire. Quoi que ça risque d'être drôle...! Une affaire à suivre... Donc ce dernier insiste même une troisième fois (sa théorie du jamais deux sans trois je suppose...) en me proposant de l'eau qu'il irait chercher au bar. je l'ai remercié un plus sèchement. "Eille" pour qui tu me prends en insistant comme ça? Une fille facile? Tout au contraire et pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer? Chers messieurs, losrqu'une fille refuse un verre, c'est qu'elle n'est pas intéressée un point c'est tout. Des plans que le mec à l'haleine alcoolo me mette la drogue du viol ou autre substance dans mon verre au point que je ne me souviens pas de ma soirée... Certes j'aurai pu accepter le verre et ensuite le remercier question d'en profiter jusqu'au bout. Tout ce que je voulais était d'écouter les concerts et me changer les idées. Lorsque le premier fût fini, je me suis assise à un endroit. Le mec en question me suivait de loin et je l'ai bien vu et c'est à ce moment là que je décide de rentrer. Le gars avait l'air louche et je n'avais pas confiance. Il a fini par faire demi-tour. Avant que j'aille m'asseoir et que le premier concert finisse, il osait me demander s'il y avait une chance que l'on se revoit. Ma réponse était claire et prévoyante après avoir refusé les verres... Je lui ai répondu non. Il me semble que c'était prévisible non et la preuve de son état avancé. Je n'aurai pas voulu savoir le taux d'alcoolémie dans son sang. Je sais que c'est méchant ce que j'ai fait, mais de l'autodéfense automatique de ma part lorsque je sors seuls. J'aurai pu me retrouver n'importe où sans que personne n'ai été averti. Je le répète : quand c'est non, c'est non. Des plans pour fini une soirée avec une personne que je ne connais pas tout en étant seule et personne venant à mon secours. Pourquoi je me fais toujours aborder par des mecs louches au moment où je m'y attends le moins? Pour pouvoir raconter ce genre d'histoire? Je ne pourrai pas dire que je n'aurai pas vécu... malgré mes rares sorties.

d'alcoolo qui avait (je dis bien "avait") probablement l'intention de me mettre dans son lit ce soir. C'est le genre de gars que je flaire avec mon radar intuitif féminin et dont j'envoie vite promener dans le labyrinthe que sont les rues d'une ville pour voir si j'y suis. Je me méfie de ce genre de personne. J'vous dis, les bons gars ne courent pas les rues et c'est une garantie. Je tombe toujours sur des types louches dont il faut cuisiner pour leur dire de dégager lorsqu'on si prend directement. De toute façon, j'ai d'autres priorités et projets pour me lancer dans une quelconque relation. Je suis bien avec mon statut de célibataire et compte le rester encore pour un bon bout.

Cette fièvre du samedi était sympathique tombant à l'eau dans tous les sens du terme. Pourquoi fallait-il qu'il pleuve au point d'avoir dû acheter un parapluie...

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Pourquoi ne pas attendre lundi pour travailler lorsque nous sommes le jour officiel de congé qu'est ce dimanche? Oui il y a toujours des exceptions à la règle dont pour les gens travaillant dans les hôpitaux, les postes de police et tous les autres dont j'oublie les termes exacts des métiers et m'en voyer désolée. Alors voici ma question en ce dimanche : pourquoi faire son lavage un dimanche en fin d'après-midi lorsque cette personne en question est officiellement en retraite?

Mrs de Fouines... C'est rendu qu'il fait son lavage quand il en a envie même aux jours où je suis supposée faire mon lavage. Non mais sapristi de ouistiti! Je commence à en avoir marre pour aller danser dans la mare avec les canards. Mr de Fouines fait cela depuis que Mrs de Fouines est rentrée à l'hôpital. Puis lorsqu'il utilise la sécheuse, Mr de Fouines prend un malin plaisir à la laisser sonner une belle quinzaine de minutes (au minimum) avant d'aller l'éteindre. C'est fou ce que l'on entend tout (enfin presque) depuis la cage d'escaliers même quand j'écoute la télévision ou de la musique...

Je constate que Mr de Fouines a définitivement perdu la notion du temps et plus précisément concernant les jours de la semaine. Ici, en terre helvétique, les entreprises commerciales (surtout les magasins) sont fermés. Toujours là, il y a des exceptions dont quelques "dépanneurs" (dont on dirait au Québec) et kiosques.

Je me rends compte que le titre de cette note pourrait bien être le titre d'un blogue sauf ce qui est entre parenthèse.

Vivement que ce dimanche pluvieux se termine!

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Après la psychose du concombre en juin, je vous présente en exclusivité la psychose du tueur en série et de la supposée overdose. Environ six semaines se sont passées depuis ces deux tragédies de l'été 2011.

Deux gros pois bien plus gros que leurs frères dans la boîtes de conserve contenant des petits pois. Dès que j'ai ouvert la conserve, je les aperçois et qu'il n'y a que ça qui attire mon attention. Il y a maintenant près de six semaines où les médias (papiers, télévisés et numérisés). Le décès d'Amy Winehouse et la tuerie d'Anders Behring Breivik en Norvège ont pris le monopole de l'été 2011. Ses événements sont maintenant bien conserver dans les boîtes médiatiques.

Et s'il y avait un lien entre les deux événements? Quoi? Je vais psychoter un peu là... J'ai imaginé que l'auteur des attentats d'Oslo ait contacté la chanteuse britannique qui, en sortant de sa cure de désintoxication, aurait accepté l'invitation de ce dernier chez elle. Il lui aurait proposé de la drogue et de l'alcool en lui disant de faire la fête de vendredi à samedi jusqu'aux petites heures du matin. Amy aurait accepté cette offre puisque ce dernier lui aurait offert ce cadeau. Anders Behring Breivik aurait bien insisté sur le fait que ce soit du vendredi à samedi pour qu'Amy ne lui vole pas la vedette puisqu'il aurait prévu de faire une bêtise vendredi et que les policiers britanniques ont trouvé Amy Winehouse morte samedi en fin d'après-midi. Je te rappelle que je psychote là...!!! Ensuite Anders Behring Breivik aurait oublié d'ajouter ce détail à son manifeste de 1 500 pages publié sur Internet et retiré par les autorités quelques heures voire jours après le drame en Norvège. Puis voilà qu'environ six semaines après les médias révèlent les résultats de l'autopsie d'Amy Winehouse n'a aucune trace de drogue ni d'alcool dans le sang. Supposition : qu'est-ce qui nous dit pas que le tueur norvégien (toujours dans la supposition qu'il l'aurait vu quelques jours auparavant) ne lui aurait pas mis sur ces vêtements ou dans son appartement une substance inodore et incolore pour qu'elle s'endorme et qui ne laisserai aucune trace douze heures après s'être endormie...? Probablement que les deux tristes événements n'ont aucun lien. Juste bizarre qu'ils surviennent à une journée d'écart...

Le seul point commun des deux personnes ayant fait la une des médias internationaux est que leur prénom débute par la lettre "A". La lettre "A" est aussi la première lettre de l'alphabet (ce mot commence également par la lettre "A", drôle non?) et je ne sais pas pourquoi je fais le lien avec l'alphabet, aucun rapport ("no, no, no").

Je présente toute mes condoléances aux familles et aux proches des familles des victimes de la tuerie en Norvège.

Je présente toutes mes condoléances à la famille et aux proches d'Amy Winehouse.

Note : Je dois dire que j'ai beaucoup hésité à publier cette note et je précise que mes propos dits ci-dessus ne sont que des suppositions et ne sont que les fruits de mon imagination et j'assume.

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
Il y a plus d'une année que je tiens ce blogue et je ne surprends à le continuer, du moins je l'espère, pour une autre année. Je croyais que j'allais toujours tout de suite publier, mais non. Pour certains événements, j'ai même attendu des jours voire des semaines avant de mettre à jour Les Chroniques Pantoufles. C'est du boulot d'entretenir un blogue et un boulot qui en vaut la peine d'être fait. A certains moment apparaît le fameux syndrome de la page blanche. A d'autres moment, les mots viennent seuls et de nul part. Je me mets à écrire plusieurs articles (notes, chroniques, histoires, etc. ...) à la suite et les publiés tous en même temps. En tenant ce blog, je découvre les joies de l'écriture sous toutes les couleurs.

Je tiens à m'excuser si j'utilise quelques expressions bizarres de temps à autres. il y a une raison toute simple : c'est que j'habite la Suisse. Au mois de novembre 2011, je vais pouvoir fêter 7 ans d'habitation dans ce magnifique pays que je découvre aujourd'hui encore.

Le titre du blogue m'étonne encore aujourd'hui. Les chroniques sont mes histoires, mes récits et mes mémoires m'arrivant en Suisse. Puis pantoufles pour la simple raison que je trouve le mot rigolo et beau. Certes que Les Chroniques Pantoufles peuvent faire penser que la personne qui les écrits est nécessairement pantouflarde. Certes que Les Chronique Pantoufles peuvent faire penser que je ne chausse que des pantoufles. Détrompes-toi car je ne suis que pantouflarde dans mes habitudes lors des mes déplacement et que je suis mieux pieds nus qu'avec des pantoufles ou autres chaussures aux pieds. J'ai même pensé à changer le nom du blog et j'ai renoncé parce qu'il me plaît bien. C'est ce qui a formé Les Chroniques Pantoufles.

L'idée de tenir un blogue est avant tout le plaisir de raconter certaines histoires vécues. J'aime bien écrire même si ma grammaire et mon orthographe me font défaut. Les sujets dont je traite ne plaisent pas à tous et ce n'est pas mon but. Je vais continuer à raconter des histoires m'arrivant ici dans mon pays natal. J'ai le pressentiment que l'année à venir risque d'être fortement chargée. C'est bien comme ça puisque j'aime ça comme ça.


A suivre ...

Voir les commentaires

Publié le par Isa Gareau
31 août 2011

Je suis dans la nuit du mardi au mercredi. Je devrais plutôt dire que l'on est mercredi vers 00h30! (Je précise que je suis en vacances provisoire...) Voulant m'endormir bien emmitouflée dans ma couverture (oui il fait plus froid que la canicule de la semaine dernière, ça doit être Irène qui a fait baisser les températures de l'ouest européen... va savoir) pour entendre que Mr de Fouines est toujours debout.

Bien oui Mr de Fouines commence à ce décongeler puisque j'ai l'impression qu'il a reçu mission d'observer ses voisins... Je délire peut-être mais c'est le pressentiment que j'ai. Depuis que Mrs de Fouines est à l'hôpital (Pâques et maison de rééducation) pour cause d'infections causé par une foulure à son pied droit si je ne m'abuse, le quartier est paisible, tranquille. Je ne souhaite ce qu'elle a à personne mais ça fait un congé au voisinage. Depuis peu, je sens que Mr de Fouines commence à prendre le relais. Surtout le soir... Il guette doucement mon heure de coucher pour attendre le moment fatidique où m'endormant presque pour préparer son coucher ou encore remettre une chaise en place en la poussant pour faire le bruit du frottement contre le sol. Lorsqu'il se brosse les dents lors du "craché", le faire  assez fort pour que tout le voisinage entende (enfin presque) le fameux "rrraapit" (en prononçant bien toutes les lettres) et ce à volonté (ça me fait penser au buffet à volonté, mais ça n'a rien à voir) exemplaire. Avec tout ça, il pourra raconter à l'heure à laquelle je me suis couchée ou presque parce que j'écris présentement. J'ai le droit de me coucher tard puisque je suis en vacances provisoires jusqu'à nouvel ordre. Mr de Fouines doit bien faire son rapport à Madame parce qu'elle risque de manquer quelque chose... De toute façon, elle n'est pas prête de revenir dans cette maison puisqu'elle (j'aime donc ça ce mot-là "puisque") sera une grande partie en chaise roulante. Ce qui veut dire qu'ils doivent réaménager leur appartement qu'ils ont acheté et qu'il est présentement en construction. D'ici là, elle est dans un centre de rééducation jusqu'à ce qu'ils puissent emménager. Tout ça pour dire que Mr de Fouines commence, doucement mais sûrement, à faire sa fouine. Puis je ne suis pas certaine qu'il décongèle à 100 % avec tout ce qui fume...

Depuis peu, j'ai l'impression que j'ai une autre fouine, à tête blanche (elle a les cheveux tout blanc comme Mimi (ma grand-maman maternelle mais elle n'est pas fouine...)), qui m'observe du haut de son balcon de l'immeuble rose. A chaque fois qu'elle sort sur son balcon, elle plonge son regard à travers ma fenêtre. Mme Blanche est beaucoup plus subtile que Mrs de Fouines. Elle ne se cache pas pas derrière ses rideaux pour qu'on la voit, mais étend son linge sur le balcon tout en ayant le regard balayant sur le quartier. Elle habite le dernier étage sous le toit un petit appartement douillet (je ne sais pas il ressemble, mais j'en sais assez pour dire que j'aimerai aussi habiter l'immeuble rose-pêche (je ne sais pas comment décrire la couleur). J'ai cette impression qu'elle m'espionne (j'allais écrire impressionne "pfff" pas le temps de surveiller les voisins) pour donner des nouvelles à Mrs de Fouines... Je ne sais pas si elles se connaissent ses deux-là... Mieux ne vaut pas le savoir.

Il ne faut surtout pas que je m'y mette à surveiller mes voisins et surtout pas à mon âge ni dans les belles années à venir... C'est qu'à chaque fois que j'arrose mes fleurs (sur le bord de la fenêtre) ou que j'ouvre ou ferme mes volets que Mme Blanche rentre son linge ou sort un truc sur son balcon. Mme Blanche (inquiétez-vous pas ce n'est qu'un surnom aimablement donné) est très coquette et toujours sur son "31". Elle a perdu son mari il y a plusieurs années. Je suppose qu'elle se cherche une proie dans le quartier ou dans le village. En tout cas, je touche du bois et espère ne pas finir comme une fouine infiltrée derrière mes rideaux... J'ai mieux que ça à faire...

Ceci dit (écrit surtout), je vais pouvoir maintenant dormir parce qu'une partie de ma colère vient d'être mise sur papier et plus tard sur mon blogue. Qui n'aime pas les histoires de voisinage? Et je suis certaine que tous en avez une...

Nous avons tous dans le voisinage une fouine qui sait tout sur tout et nous la reconnaissons grâce à son nez plat...

Belle nuitée chères lectrices et chers lecteurs...

Voir les commentaires